Vers une diminution des doses de cuivre


Vers une diminution des doses de cuivre

En agriculture biologique, l’utilisation d’insecticides, fongicides et autres produits systémiques est proscrite. Pour se défendre des maladies nous avons donc recours à d’autres méthodes, non intrusives celles-ci, comme par exemple: la bouillie bordelaise (mélange de cuivre et de souffre). A la différence des produits utilisés en agriculture conventionnelle qui sont souvent des produits curatifs qui pénètrent dans la plante malade, la bouillie bordelaise est principalement préventive, elle n’entre pas dans le système végétal, elle est seulement déposée sur les feuilles et les grappes et joue un rôle de barrière contre les maladies. Lorsqu’une pluie trop importante s’abat sur le domaine la plante n’est plus protégée et il est donc nécessaire de recommencer le traitement; c’est notamment pour cette raison que l’agriculture bio est qualifiée de plus contraignante puisqu’elle nécessite une attention et une disponibilité beaucoup plus importante. Néanmoins le sentiment de préservation de la nature et de la santé des voisins est une satisfaction bien supérieure à ces « contraintes ».

Pour toujours aller plus loin dans la préservation de notre environnement nous cherchons à diminuer les doses de cuivre que nous pulvérisons sur la vigne afin d’éviter les maladies cryptogamiques (c’est-à-dire les maladies dues à des champignons), notamment le mildiou. Pour diminuer ces doses nous cherchons donc à rendre la vigne plus forte, plus résistante à ces attaques. Ce processus de fortification n’est évidemment pas efficace immédiatement nous en bénéficierons sûrement la différence l’année prochaine ou plus encore les années suivantes.

Pour amorcer cette démarche, nous avons donc réalisé, en association avec le premier traitement de bouillie bordelaise de l’année, une macération et une décoction de prêle des champs (Equisetum arvense) puis une infusion dans laquelle nous avons rajouté de l’ortie fraîche.

La prêle a été achetée sèche et l’ortie cueillie sur le vignoble .

Macération:

Nous avons mis 700g de prêle sèche dans 35L d’eau de pluie froide, et les avons laissés macérer toute une journée.

Décoction:

Ensuite nous avons porté le mélange à ébullition, que nous avons laissé frémir pendant 45 minutes.

Infusion:

Pendant ce temps nous avons cueilli environ 5Kg d’ortie et les avons incorporés au mélange puis laissés refroidir.

Pour finir nous avons filtré et incorporé l’infusion au traitement.

prele
Prêle des champs