Tisane d’osier, vers une diminution des doses de cuivre


Tisane d’osier, vers une diminution des doses de cuivre

Toujours dans la démarche de diminution des doses de cuivre dans les traitements de bouillie bordelaise que je vous avais présentée dans un article précédent, nous avons récemment pulvérisé une tisane d’osier.

Comme la prêle, l’osier renforce les défenses naturelles de la vigne contre les maladies dues à des champignons (maladies dites cryptogamiques, dont font partie le mildiou et l’oïdium). Ce nom désigne toute une famille d’arbustes, celui qu’on utilise est l’osier vert (salix viminalis) aussi appelé saule des vanniers ou vime.

Tisane d'osier

Pourquoi ALLER VERS LA TISANE D’OSIER, pourquoi ne pas utiliser uniquement la prêle?

Notre philosophie est de préserver la diversité et la richesse de la nature et du lieu, utiliser différentes plantes permet de favoriser cette diversité puisque malgré leur but commun elles ne possèdent pas toutes les mêmes principes actifs et ne renforcent pas la vigne de la même façon. Nous savons également que l’abus d’une plante (comme de toutes choses) n’est pas souhaitable et qu’une utilisation excessive de prêle peut entraîner un assèchement du sol. Enfin il semblerait que chaque plante que nous donnons à la vigne, entraîne une réaction de cette dernière (qui diffère pour chaque plante employée) que l’on peut retrouver dans le vin.

C’est pour toutes ces raisons que nous utiliserons le plus de plantes possible, un court article suivra chaque préparation pour vous tenir au courant de cette démarche, que nous amorçons cette année avec beaucoup d’intérêt puisque le nombre et la richesse des plantes utilisables sont énormes et que la plupart peuvent être récoltées sur le domaine.

Tisane d'osier